pêche en kayak : Marlin 60kg

Récit de la sortie du 24 mai


De retour à Saint-Gilles ce matin, pour voir si les thons sont toujours dans le secteur. Benjamin, est toujours avec moi ce matin, ainsi que Vincent avec sa copine Anne-Sophie, et un autre Vincent, équipé de son kayak biplace. Il ne fait pas encore jour, et on est prêt à mettre à l'eau. 5 minutes d'attente, et on est parti. Le ciel est gris ce matin, et quelques gouttes tombent. En espérant que cela reste comme ça. On prend la direction de la bouée jaune, et la présence d'un bateau surplace, me laisse entendre que les bancloches sont toujours dans le secteur. Effectivement, après plusieurs dérives, mon vivier est bien remplit, avec 10 beaux vifs. Je met en place un vif pour Vincent, et je je fais mes montages. Ce matin, j'ai décidé d'essayer de mettre deux vifs. Un en surface, comme d'habitude, et un autre plombé, pour voir si les poissons ne sont pas un peu plus profond. Une fois les vifs à l'eau on prend la direction du large, pour aller sur la patate.



En arrivant dans le secteur, des oiseaux sont en chasse. Tout le monde décide de partir vers elle, pour voir ce qu'il en est. Moi, je reste tranquillement dans mon secteur, et je trouve la patate pour faire du jig. Le sondeur indique énormément de détection, en espérant que ce soit de bon présage. Par contre le vent commence à se lever, pourvu qu'il ne force pas trop. Je remonte mes cannes pour vérifier l'état de mes vifs. la canne en surface, tout va bien, par contre la canne plombé, plus rien ? Coupé, un thon banane à du passé par là. J'ai déjà mes 2 cannes à vif à l'eau, et je tente une troisième canne, au jig. La canne avec le vif en surface, démarre, doucement, mais c'est parti ! Je remonte ma canne à jig, et j'entends celle plombée, qui demarre aussi, puis plus rien. Je fèrre, et je commence le combat, avec la première canne. C'est une petite bonite que je mets à bord, un bon début.



Je relève la canne plombée, pour m'apercevoir que le bancloche à disparu, d'un autre coté, il vallait mieux... Je remonte les vifs sur chaque canne, et je me repositionne, pour tenter du jig. Avec trois canne à l'eau, cela risque d'être compliqué. Ce qui devait arriver, arriva. Avec mon jig, je remonte les deux cannes à vif toutes emmélées. Un vrai bordel !! Je suis obligé de tout couper, les hameçons, les bas de ligne pour arriver à me dépatouiller. Vincent vient de manquer un départ, dommage. Il revient vers moi, et je lui met un nouveau vif. Je suis enfin arrivé à déméller, et je remonte la première canne. Je refait mon noeud de jonction tresse, bas de ligne, et le noeud de raccord entre le fluoro et le morceau de titanium. Le bancloche est à l'eau, et comme il commence à être tard, je prends la direction du retour. J'hésite à remonter le seconde canne, et finalement, je laisse tomber. Le ciel est toujours aussi gris, et le vent après s'être calmé, est en train de se lever doucement. Ma boucle de tresse, vient de sauter de l'élastique. Je la tiens entre mes doigts, et je sens qu'au bout, il n'y a pas que le vif. Je commence à tourner le kayak dans le sens du départ, et en tournant la tête, j'aperçoit une nageoire en surface. Espadon !! J'annonce à la VHF. Je me saisi de la canne, et je fèrre !! Contact, le poisson est au bout. Il commence à sauter, mais ce n'est pas un espadon ! Marlin !!!! Il fait un festival, sautant dans tous les sens, et sortant complètement de l'eau.



J'ai du mal à réaliser, et surtout, je me dis qu'avec mon matériel, ça va être dur !! Pour l'instant ça tient, et je continu le combat. Le poisson reste en surface, et il est déjà très proche du kayak. Je demande à Benjamin de me rejoindre, pour qu'il puisse filmer avec sa Gopro. Il continu à sauter, et je m'aperçois que le bas de ligne est pris dans la nageoire dorsale.



Il me tracte le kayak dans tous les sens, mais il reste à proximité, il ne prend pas beaucoup de fil. Il décide de sonder un peu, et de rester sous le kayak, je ne peux qu'attendre que cela se passe. Benjamin, est maintenant à mes côtés, et il film sous l'eau. C'est trop beau !!



Après 25 minutes de combat, le marlin se rend. Il arrive au kayak, et je me saisi de son rostre. Le bas de ligne est entouré autour de sa nageoire dorsale, et l'hameçon est aussi pris dedans. Il a du se décrocher en sautant. Je le libère, et je le pousse vers les profondeurs, ou il repart doucement.





Que d'émotion !! Je me sens vraiment comblé !! Depuis le temps que je le voulais, il est enfin venu !! Je remet un bancloche, et nous voilà reparti en direction du port. Mais pour moi la pêche est terminée !! Je relache mon vif, et je rentre au port, après une superbe matinée, que je ne suis pas prêt d'oublier !!

Vidéo disponible dans notre précédent article

Mots clés :